Parlons de nos peurs

peurs
Khalil GIBRAN utilise une jolie métaphore pour nous faire comprendre combien il est important de dépasser ses peurs face à l'inéluctable.

Des métaphores pour parler de ses peurs

Dépasser ses peurs en les évoquant permet de mieux les accepter : j’aime utiliser des métaphores pour dire plus que ce que je pense. 

Lorsque nous avons vécu notre première expatriation puis impatriation, je n’étais pas très rassurée, voir morte de trouille. Comment me dépatouiller pour me faire comprendre. Mon anglais était du niveau 6ème et à part dire « My name is Sophie. I don’t speak lituanian » et faire un grand sourire…

Comment retrouver mon chemin, ma route. Je n’ai aucun sens de l’orientation et plusieurs fois mon GPS sur mon téléphone, ne captait pas le réseau. Je suis arrivée quelques fois en retard à l’école.

Stressée par le temps froid que l’on nous annonçait, il fallait trouver de quoi s’équiper rapidement. Mais où ? Avec quels types de vêtements particuliers ?

Et au début tout fut challenge à relever.

Certaines sont galvanisées par les challenges, d’autres sont clouées sur place. Et vous comment réagissez-vous face aux challenges ? Vos peurs vous galvanisent ?

Je vous disais dans un autre article que chaque fois que je devais faire quelque chose, j’avais le sentiment de devoir quitter mon île pour aller dans une autre île en devant nager sur une mer déchainée.

Lorsque l’on vit une expatriation, impatriation ou un déménagement, nous pouvons ressentir de la peur parce que tous nos repères explosent et que nous sortons totalement de notre zone de confort. Profiter de ce challenge pour le transformer en quelque chose d’autre par la levée de nos résistances et l’acceptation de devenir océan plutôt que de rester rivière, c’est tout à fait possible. 

 Je vous laisse me contacter si pour vous c’est difficile de passer de la rivière à l’océan et que vous restez coincée à l’embouchure.

Vous pouvez aussi lire cet article sur le stress ou je vous partage des conseils et astuces. 

La peur - de Khalil Gibran

On dit qu’avant d’entrer dans la mer  

une rivière tremble de peur.

Elle regarde en arrière le chemin

qu’elle a parcouru, depuis les sommets,

les montagnes, la longue route sinueuse

qui traverse des forêts et des villages,

et voit devant elle un océan si vaste

qu’y pénétrer ne parait rien d’autre

que devoir disparaître à jamais.

Mais il n’y a pas d’autre moyen.

La rivière ne peut pas revenir en arrière.

Personne ne peut revenir en arrière.

Revenir en arrière est impossible dans l’existence.

La rivière a besoin de prendre le risque

et d’entrer dans l’océan.

Ce n’est qu’en entrant dans l’océan

que la peur disparaîtra,

parce que c’est alors seulement

que la rivière saura qu’il ne s’agit pas

de disparaître dans l’océan,

mais de devenir océan.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Six jours pour reprendre ma respiration ! Car le changement est parfois difficile.

Sophie Nave
Sophie Nave

Bonjour, Je suis Sophie, thérapeute pour les femmes qui vivent des changements de vie, subis ou choisis. Thérapeute, hypnothérapeute et conseillère conjugale et familiale, je suis aussi maman de quatre enfants et comme toi, j’ai vécu plusieurs changements de vie.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *